Forum Home Forum Home > Various > Culture
  New Posts New Posts RSS Feed - Vos derniers films
  FAQ FAQ  Forum Search   Events   Register Register  Login Login


Listen to us in your media player
Ecouter nous dans votre lecteur média
 
Listen to us via your Mobile
 
 

 

ZanZanA MeTaL WebRadiO in noise we trust...

We play all the music, via Radionomy. Royalties are paid through an agreement with SABAM.

 

Vos derniers films

 Post Reply Post Reply Page  <1 20212223>
Author
Message
** W ** View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
The Eraser..

Joined: 30 Décembre 2004
Location: United Kingdom
Status: Offline
Points: 917
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote ** W ** Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 22 Janvier 2010 at 10:00
@Belial: Tu fais de la pub pour ton blog ou quoi ? 
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 23 Janvier 2010 at 01:21
En quelque sorte, en même temps ça permet d'alléger un peu les pages du sujet.

Jack Says (Bob Phillips, 2008, UK)



Après une séance de torture, Jack perd conscience et devient amnésique. À son réveil, il se trouve à côté d'un cadavre. Il n'a comme seul indice qu'une photo avec une adresse dans le dos.

Le film s'ouvre sur une scène qui rappelle tout de suite celle de la torture du flic dans Reservoir Dogs. Puis un petit clin d'oeil à Memento avec la photo. On se dit alors que ça promet d'être bon...

Jack ne se souvient de rien, et il est clair qu'il se trouve au beau milieu d'un merdier qui le dépasse. Il trouve sur lui la photo d'une bonne paire de seins avec une petite note. Il se dirige sans tarder vers Paris où il espère rencontrer quelqu'un (peut-être la "propriétaire" de la paire de seins en question) qui pourrait l'aider.

La suite ici.

Jack Said (Lee Basannavar & Michael Tchoubouroff, 2009, UK)



Ce film retrace les évènements qui ont mené Jack à son état dans Jack Says.

J'aurais pu m'arrêter avec le premier film, mais je n'aime pas les choses inaccomplies. Je gardais tout de même un peu d'espoir avec cette suite (qui a lieu avant et juste après les évènements du premier film), mais c'est toujours de la même qualité médiocre.

Les dialogues sont mieux soignés, mais les personnages sont encore pire que ceux du premier volet. On n'y trouve que des clichés et rien d'autre à part des clichés. En commençant par le méchant boss qu'on n'est pas donné de voir jusqu'à arriver à la fille innocente qui se trouve mêlée malgré elle à des situations dangereuses.

La suite ici.

Crows Zero (Takashi Miike, 2007, Japon)



Genji est un nouvel élève à l'école de Suzuran, connue pour n'avoir jamais été sous le contrôle d'une seule personne. Il va essayer de son mieux pour briser ce mythe.

Une autre adaptation d'un manga de la part de Takashi Miike. Cette fois, la qualité est loin de celle qu'on a vu dans Ichi the Killer, mais ça reste tout de même un bon film d'action à voir.

On comprend tout à la nature du monde dans lequel se déroulent les évènements du film dès la première scène. C'est un monde où les écoles ne constituent pas un endroit consacré aux études mais plutôt aux combats. La loi du plus fort est la seule qui se fait respecter. La violence est le mot d'ordre.
On peut comparer cette école à une nation ancienne où les tribus se battent entre elles afin de savoir qui aura le droit de régner.

La suite ici.

Crows Zero II (Takashi Miike, 2009, Japon)



Après la transgression d'un pacte de non-agression, l'école de Suzuran est confrontée à la redoutable école de Housen.

Tout juste après les évènements du premier film, un nouveau défi s'annonce pour Genji. Il n'a pas encore accompli son rêve de rallier toute l'école sous les draps de son clan, et il continue parallèlement à se battre contre Rindoman, le garçon le plus fort de l'école, toujours sans résultat.

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 24 Janvier 2010 at 22:36
(500) Days of Summer (Marc Webb, 2009, USA)



Une histoire classique de "boy meets girl" où le "boy" tombe amoureux mais pas la "girl".

Tom a rencontré Summer pour la première fois dans son travail. C'est une sorte de coup de foudre qui le frappe. Cette fille est sublime, avec ses beaux yeux bleus et son sourire éclatant qui l'ont tout de suite conquis. Il en met du temps avant d'essayer de s'engager un peu plus avec elle, mais à sa surprise, elle veut qu'ils restent juste des "amis". Ceci ne les empêche pas de se comporter exactement comme se comporterait un couple normal.
La différence entre Tom et Summer et que cette dernière ne croit pas à l'amour, contrairement à Tom. Au début il s'est dit que ça n'allait pas poser de problèmes, mais les choses changent.

La suite ici.

The Taking of Pelham One Two Three (Joseph Sargent, 1974, USA)



Quatre hommes armés prennent le contrôle d'un wagon du métro souterrain de la ville de New York. Avec 17 otages sous leurs mains, ils demandent une rançon d'un million de dollars à livrer en l'espace d'une heure...

Comment est-ce que des hommes dans cette situation comptent s'en tirer ? C'est la question qu'on se pose depuis le début de l'opération, et d'ailleurs dans le film la police n'hésite pas à la leur poser aussi.
lls ont l'air d'être des profesionnels. Ils sont très organisés et ont tout planifié aux moindres détails. Ils sont vêtus de manteaux, portent des chapeaux, des lunettes de vue et des moustaches, et se font appeller par des noms de couleurs. Ils n'ont même pas l'air de se connaître et n'ont pas de "chef" qui décide de tout.

La suite ici.

The Taking of Pelham 1 2 3 (Tony Scott, 2009, USA/UK)



Quatre hommes armés prennent le contrôle d'un wagon du métro souterrain de la ville de New York. Avec 17 otages sous leurs mains, ils demandent une rançon de dix millions de dollars à livrer en l'espace d'une heure...

C'est un remake du film sorti en 1974 donc je passe tout de suite aux différences les plus importantes entre les deux.

La première chose est la transition assez brutale entre le début du film et le début de l'opération en elle-même. Même si c'est bien de passer directement à l'action, la tension ne monte pas progressivement, ou plutôt ne montre pas du tout de cette façon.

Il fallait bien adapter le film au contexte actuel, surtout au niveau de la technologie. Nous voilà donc en train d'assister à une conversation entre un jeune et sa copine à travers Internet. Je ne sais pas ce qu'il en est des signaux Wi-Fi dans un souterrain aux Etats Unis ni de la qualité de leur transmission, mais ça m'a semblé un peu poussé. Ceci n'est pas un problème en soi, mais c'est ce que ça implique par la suite qui l'est.

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 01 Fevrier 2010 at 01:42
The Last House on the Left (Wes Craven, 1972, USA)



Deux filles sont kidnappées et violées par des dangereux criminels en fuite.

Qui aurait cru que Wes Craven a commencé sa carrière avec un film d'exploitation pur et dur ? Et comme dans tout film d'exploitation qui se respecte (du moins une bonne partie de ces films), on retrouve certaines 'règles de base', dont surtout les acteurs qui sont nuls à chier dans leurs rôles, une accentuation sur l'ultra violence et/ou le sexe etc. et bien sûr, un budget très limité qui empêche le film d'aller plus loin qu'il ne l'espère.
Si on a l'habitude à tout ceci, ça peut très bien passer...

La suite ici.

The Last House on the Left (Dennis Iliadis, 2009, USA)



Deux jeunes filles sont kidnappées, toturées et violées par une bande de criminels dangereux.

C'est rare de trouver un remake qui ne se contente pas seulement d'être un simple remake inutile, et qui va même jusqu'à corriger tous les défauts du film original.

Il y a pas mal de différences avec le film de Wes Craven (qui est producteur ici), notamment en ce qui concerne la partie "vengeance". La scène du viol est beaucoup plus brutale que celle de l'original (mais en même temps un peu moins répugnante), de même pour la violence qui est naturellement beaucoup plus poussée dans le remake.
Les limites de la violence et du gore ne cessent d'avancer de plus en plus de nos jours, et c'est donc normal de trouver un niveau plutôt élevé là.

La suite ici.

Sin Nombre (Without Name) (Cary Fukunaga, 2009, Méxique/USA)



Sayra envisage d'aller clandestinement du Méxique aux USA avec deux membres de sa famille. En route, elle fait la rencontre de Willy, membre d'un gang très dangereux, qui va changer sa vision des choses.

Les jeunes en Amérique du Sud sont facilement influençables dans les régions défavorisées. Comme on l'a déjà vu dans Cidade de Deus, même les enfants deviennent des criminels dès leur plus jeune âge. C'est à peu près la même chose ici (et les deux films sont très inspirés de la vraie vie de ces régions-là). Willy, ou El Casper comme l'appellent les membres de son gang, prend en main un gamin qu'il connait nommé Smiley. Il doit l'introduire à son gang, ce qui implique quelques petits tests bien violents pour voir s'il est digne d'en faire partie.

La suite ici.

A Serious Man (Ethan & Joel Coen, 2009, USA/UK/France)



Larry Gopnik est un père de famille ordinaire qui voit sa vie se désintégrer rapidement sans qu'il ne puisse y faire quelque chose.

On ne voit pas grand chose de nouveau ici, même s'il s'agit d'une comédie. Par contre c'est le contexte de l'école juive et du fanatisme juif en général qui apportent une certaine fraîcheur au tout.

Les frères Coen s'éloignent du monde du crime avec ce film pour se concentrer plutôt sur la comédie noire. Bon je le dis tout de suite, ils auraient dû s'attacher à ce qu'ils ont maîtrisé le plus au cours de ces années, car même si ce film offre une bonne partie de rigolade, ça reste assez limité.

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Sandman View Drop Down
V.I.P.
V.I.P.
Avatar
Blacker than Darkness

Joined: 19 Mai 2007
Location: Norway
Status: Offline
Points: 992
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Sandman Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 01 Fevrier 2010 at 20:14
@Belial
Je pense que t'es un peu trop sévère vis à vis du 1er TLHOTL, je comprend trés bien ce qui t'as rebuté mais quand on met ça dans le contexte des années 70, le film est tout de méme quelque chose. C'est certainement pas le film d'exploitation le plus violent, ou le premier à l'être ou quoi que ce soit, mais ça réste malgré tout un film culte. Il a directement influencé plein de références du cinéma horrifique notamment un certain The Texas Chainsaw Massacre ou un Friday the 13th.
En tout cas, c'est sympa de te trouver partageant le méme avis que moi concernant le remake...Qu'est ce t'en dis de la scène du micro-onde?   

sinon je n'avais jamais entendu parler de A Serious Man, mais là quand j'ai vu 'frères Coen'+ 'Humour'...J'avais espéré un nouveau The Big Lebowski, mais apparemment ce n'est pas le cas d'après ce que tu en dis...En tout cas, je ne le raterais pas celui là! merci pour l'info

et au fait,trés sympa ton blog (je kiffe surtout les morceaux que t'as mis en streaming!)    

sinon pour moi

Avatar (2009, USA/UK)



2154, la terre est en proie à une crise énergétique sans précédents. Les humains arrivent à détecter la présence d'un minerais susceptible de résoudre cette crise sur une lune géante: Pandora. Mais les Na'vis, la population extra-terrestre locale qui vivent en harmonie avec leur environnement, s'opposent à l'invasion militarisée des humains qui vise la destruction de tout ce qui leur barre la route. Pour tenter de négocier avec (et occasionnellement espionner)les Na'vi, les humains mettent au point le programme Avatar qui va leur permettre de contrôler des corps de Na'vi clonés. L'histoire tourne donc autour de Jake Sully, un marine handicapé qui va être envoyé via son Avatar...

Eh ben, on peut dire que dans le genre film événement,on peut difficilement faire mieux...Moi qui croyait la chose inconcevable après le succès fulgurant de The Dark Knight...Voila que j'ai été bien servi. Ce film ci vient de battre tous le records: Déja, avec ses 480 millions de dollars, c'est le film le plus couteux de l'histoire du cinéma. Mais en plus, son succès phénoménal lui permet d'atteindre les 2 milliards de recette en l'espace de quelques mois...Ce qui fait de lui le plus gros succès de l'histoire du cinéma.
Mais une question se pose: Est ce que le film aurait rencontré autant de succés s'il n'était pas réalisé par James Cameron qui avait lui même déjà battu ce même record avec son fameux Titanic?

Et bah, on pourrait jamais vraiment le savoir à vrai dire...Le film dispose en lui même de pas mal d'atouts qui favorisent son succès mais de là à le placer parmi les meilleurs films de l'histoire...là ça réste à voir...

Le plus grand point faible du film reste du coté du scénar, on assiste à un scénario facile, classique et téléphoné, qu'on trouve dans pas mal de films comme Danse avec les loups ou encore le Dernier Samourai, et qu'on devine rien qu'en regardant la bande annonce : "l'histoire du gars d'un camp qui en vivant auprès de ceux du camp ennemi se lie à leur cause et au final il décide de combat son camp d'origine".
Mais à part ça, il faut avouer que la réalisation est impeccable, pas le moindre temps mort, avec des cadrages bien foutus et des plans bien choisis, des acteurs convaincants, un souci du détail omniprésent, une modélisation 3D à couper le souffle et un esthétisme très bien pensé, un univers intéressant, pas mal de messages derrière et méme quelques clin d'oeils à des films comme Alien/Aliens ou Le Seigneur des Anneaux...

Espérons que les futurs volets de la trilogie seront eux aussi à la hauteur!

9/10
                        



Edited by Sandman - 01 Fevrier 2010 at 20:21
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 07 Fevrier 2010 at 14:48
@Sandman : à vrai dire j'étais plutôt gentil avec l'original. Je suis un tout petit peu habitué aux films d'exploitation, et celui-là s'en sort plutôt bien par rapport à I Spit On Your Grave ou encore I Drink Your Blood par exemple, mais sinon j'aurais été un peu plus dur.

La scène du micro-ondes était excellente, quoique je ne pense pas que c'est ce qui se passerait vraiment si jamais quelqu'un se trouve dans cette situation. En tout cas j'ai beaucoup aimé l'idée !

Merci !

Un Prophète (Jacques Audiard, 2009, France/Italie)



Malik est un jeune français d'origine arabe qui va servir six années dans une prison dangereuse. Petit à petit, il va monter l'échelle et devenir quelqu'un de très important au sein de cette prison.

La vie pénitentiaire peut parfois faire le contraire de ce qu'elle est supposée faire, ou du moins c'est ce qu'on nous montre souvent dans les films qui en parlent. Sans oublier bien sûr la fameuse série Oz qui a d'ailleurs probablement influencé ce film, j'y reviens plus tard.

Malik est encore très jeune. Le jour de son entrée dans la prison des "grands", c'est tout un nouveau monde qu'il découvre. Il est tout seul, aucun ami ni à l'intérieur de la prison ni même à l'extérieur. La survie s'annonce déjà dure au milieu de tous ces criminels endurcis. Il y en a de tous les goûts, de toutes les couleurs. Il y a des clans, des amis, des prisonniers qui travaillent avec d'autres prisonniers, mais Malik est le seul à n'avoir personne à ses côtés.

Il va être très vite approché par un tunisien. Il lui offre quelque chose, mais Malik, n'ayant pas d'argent et aucun moyen d'en faire entrer en prison, est obligé de refuser. Même si le tunisien lui dit qu'ils peuvent s'arranger, l'arrangement n'est pas du tout du goût de Malik.
Les corses, qui règnent sur la prison en quelque sorte, remarquent cette petite interaction. Ils ont besoin de quelque chose, et c'est à partir de là que va se dresser le chemin de Malik...

La suite ici.

Nefes: Vatan Sagolsun (The Breath) (Levent Semerci, 2009, Turquie)



Une quarantaine de soldats turques ont pour mission de défendre une station de liaison qui se trouve au sommet d'une très haute montagne.

Chaque film de guerre affiche ses tendances "anti-guerre" (s'il y en a bien sûr) à sa façon. Il y en a qui vont par la voie la plus directe, c'est à dire la démonstration de la violence et de la brutalité que cause la guerre. D'autres au contraire délaissent tout ce qui pourrait choquer graphiquement pour se concentrer sur un côté plus dramatique qui touche les émotions endurées par ceux qui sont affectés par la guerre.
Nefes s'inscrit dans la même lignée qu'un The Thin Red Line par exemple, avec son côté "poétique" si on peut le dire, mais sans oublier de nous exposer à une bonne dose d'action qui vient au moment où s'y attend le moins.

La suite ici.

Millenium: Part 1 - Men Who Hate Women (The Girl With the Dragon Tattoo) (Niels Arden Oplev, 2009, Suède/Danemark/Allemagne)



Mikael Blomkvist, journaliste, est engagé par Henrik Vanger pour retrouver les traces de sa petite nièce Harriet disparue il y a 40 ans. Henrik pense que l'un des membres de sa famille a tué Harriet.

Mikael Blomkvist s'intéresse à des cas plus ou moins osés dans ses enquêtes pour le magazine suédois Millenium. Au début du film, on assiste à sa chute après avoir perdu un procès contre une personnalité connue dans l'économie du pays. Il va devoir servir quelques mois en prison et payer une amende pour ce qui a été jugé comme diffamation.

Avant de commencer sa vie pénitentiaire, il est contacté par un homme riche qui le suit depuis quelque temps, dans l'espoir de retrouver plus de réponses à propos de la disparition de sa petite nièce.
La tâche s'avère être difficile. La disparition a eu lieu quarante ans plus tôt, et la police a déjà fait le travail nécessaire mais sans résultat.

La suite ici.

Millenium Part 2: The Girl Who Played With Fire (Daniel Alfredson, 2009, Suède/Danemark/Allemagne)



Après avoir passé une année en dehors des frontières de son pays, Lisbeth est, à son retour, accusée de trois meurtres.

Comme je l'ai déjà dit, je n'ai pas lu les livres originaux de ces films. C'est peut-être pour cette raison que je n'ai pas tout compris à ce qui se passait dans ce deuxième volet de la trilogie. J'étais un peu confus par moments, l'histoire est assez compliquée et les explications ne sont pas toujours claires.

Ici on apprend un peu plus sur le passé de Lisbeth. Qu'est ce qui a fait en sorte qu'elle deviennent l'individu bizarre qu'elle est aujourd'hui.
Et c'est à partir de là que commencent les évènements. Quelqu'un veut à tout prix nuire à Lisbeth, mais elle n'a pas d'idée de qui ça peut être.

La suite ici

Breathless (Yang Ik-Joon, 2009, Corée du Sud)



Une collecteur de dettes extrêmement violent et abusif trouve le salut chez une lycéenne qu'il vient de rencontrer.

L'année dernière The Chaser m'a donné une véritable claque coréenne à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Cette année c'est au tour de Breathless de faire la même chose !

Ca commence dès la toute première scène. La violence est le mot d'ordre chez Sang-Hoon, mais pas que ça. Il est très impoli et n'éprouve du respect pour personne, même pas envers sa soeur ou son neveu qui n'a même pas atteint les 10 ans. Son boss n'arrive pas à le contrôler non plus.

Il faut dire que son travail est assez particulier, et l'élégance n'est pas vraiment ce qu'on pourrait attendre de sa part. Mais il en fait beaucoup plus. Il ne respecte absolument aucune personne. Il abuse de ce semblant de pouvoir qu'il a là où il lui est permis de le faire. La violence continue et ne s'arrête pas. En fait on nous montre à plusieurs reprises que la violence ne vient pas seulement de sa part. La violence domestique prend une part très importante dans le film.

On assiste par exemple à la vie de Yeon-Hue, une lycéenne que Sang-Hoon a rencontré dans des circonstances pas très agréables.
Cette fille vit un véritable enfer chez elle. Son père est dément, alors que son frère ne pense qu'à une seule chose : l'argent, peu importe ce que cela implique.

Mais comment va-t-on 'sympathiser' avec l'ordure qu'est Sang-Hoon ?

La suite ici
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 11 Fevrier 2010 at 04:09
The Hurt Locker (Kathryn Bigelow, 2008, USA)



Une équipe de démineurs américaine a encore 40 jours d'action en Irak. Chacune de ces journées présente des risques et des périls très graves.

Les critiques vis-à-vis de ce film de la part des militaires semblent très dures. En effet, là où les gens "normaux" semblent éblouis par le côté réaliste du film, ceux qui ont participé à la guerre en Irak affirment que ceci n'a rien à voir avec la réalité...
Mais qu'importe ! Ceci n'est peut-être pas très fidèle à la réalité en Irak, mais ça doit sûrement être fidèle à la situation en temps de guerre en général.

La suite ici.

The Secret in Their Eyes (Juan José Campanella, 2009, Argentine/Espagne)



Un agent de la justice se rappelle un meurtre qui s'est passé 25 années plus tôt. Il essaie de résoudre les quelques points encore non clarifiés de l'affaire.

Une autre belle surprise de la liste des films nominés aux oscars du "Foreign Language Film". Le film est raconté sous forme de flashbacks en alternance avec quelques évènements qui se passent au présent.
Au début c'est une histoire de "résolution d'un meurtre" assez classique, et on trouve même la solution assez vite pour un film de ce genre, mais on nous montre par la suite à quel point le système judiciaire peut-être défaillant et même, pire que ça, à quel point il peut servir des intérêts totalement contradictoires avec ses principes.

La suite ici.

The Milk of Sorrow (Claudia Llosa, 2009, Peru/Espagne)



La mère de Fausta meurt soudainement. Elle a été violée par les terroristes pendant sa grossesse, ce qui a fait que Fausta soit atteinte d'une sorte de maladie rare qui en fait une personne extrêmement lâche.

Sans trop perdre de temps, je dis que ce film ne m'a pas du tout plu. Même plus que ça, il m'a même énervé. Je m'attendais à autre chose, mais franchement j'étais déçu sur tous les points. Ca promettait vraiment d'offrir quelque chose d'intéressant, mais le résultat est trop creux.
Le film prend trop de temps pour démarrer, et quand il le fait on ne sait même pas où est-ce que ça va. Très peu d'évènements ou d'actions prennent place, et pas mal de ces actions sont du genre que je déteste d'habitude. Des mariages, la fille qui chante toute seule, les superstitions des gens...

La suite ici.

No One Knows About Persian Cats (Bahman Ghobadi, 2009, Iran)



Negar et Ashkan, deux musiciens iraniens, sont à la recherche d'autres membres pour former un groupe et ainsi pouvoir aller jouer dans un concert à Londres.

Les 'messages' que passent certains films sont parfois plus importants que les films eux-mêmes. Le but de ce film n'est pas de parler de musique en tant que musique, mais c'est plus pour dénoncer la dictature qui règne dans ce pays (et un peu partout dans le monde). Une dictature qui empêche les jeunes de rêver, de vivre une belle vie tranquille en faisant les choses qui leur importent le plus sans nuire à personne... bref, de vivre tout simplement.

La dictature (ici sous le voile de l'islamisme) est moche. Elle ne se contente pas de 'régulariser' la vie dans la rue et d'empêcher les 'opposants' de faire parler d'eux, non, elle va plus loin que ça jusqu'à s'immiscer dans la vie privée des gens pour leur dicter ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire. Même un simple chien dans une voiture n'y échappe pas !

Mais il y a toujours des gens prêts à tout faire pour ne pas 'succomber'. C'est à partir de là qu'on trouve toutes sortes de personnes spécialisées dans des domaines différents qui ont pour but de contourner toutes ces barrières imposées par l'Etat. Trafic de passeports et de visas, des autorisations pour faire telle ou telle chose, ou même plus simple que ça, le fait d'attendre le départ des voisins pour pouvoir jouer de la musique !

C'est étonnant de voir combien de choses sont 'interdites' en Iran. Les jeunes ne peuvent agir que dans l'ombre à cause de toutes ces interdictions et toute cette censure insensée. Et même en faisant ça ils risquent le fameux fouet, et pour quelles raisons ? Tout simplement à cause de leurs passions ou de leurs envies. Vendre des films, boire de l'alcool ou jouer de la musique peut mener à de sérieux problèmes avec la police.
La censure n'a jamais été un moyen efficace pour faire disparaître les idées de quelqu'un. On peut l'empêcher de s'afficher, de s'exprimer en public, mais il gardera toujours ces mêmes idées, et avec tous ces efforts pour le censurer, ça ne fera qu'endurcir encore plus ses positions...

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 16 Fevrier 2010 at 22:39
Tokyo! (Michel Gondry/Leos Carax/Bong Joon-Ho, 2008, Japon/France/Corée du Sud/Allemagne)



Trois histoires indépendantes ayant tous comme point commun le déroulement dans la capitale du Japon, Tokyo.

Interior Design (Michel Gondry) :
Un jeune couple se déplace à Tokyo pour que le garçon puisse mieux poursuivre son rêve de cinéaste.

C'est probablement le segment le plus cohérent et le plus facile à comprendre et à intérprêter. On assiste à la vie d'un jeune couple normal qui débarque chez une amie à Tokyo. Les deux commencent à chercher du boulot et un endroit où loger indépendamment de leur amie, et petit à petit on commence à découvrir certaines faces cachées de cette relation.
La fille est un peu délaissée. On la blame discrètement pour ses passe-temps et son manque d'ambitions, jusqu'à ce que, d'un seul coup, quelque chose de très étrange se passe. Ca bouleverse complètement le déroulement film et on ne nous donne aucune explication quant à ce changement. On ne peut que spéculer et intérprêter ce changement brusque et ce qu'il signifie.
La fille aurait trouvé un moyen plus qu'efficace de continuer sa vie sans que personne ne puisse ni la déranger ni la blamer pour ce qu'elle aime faire.

Merde (Leos Carax) :
Un homme fou vit dans les égoûts de Tokyo. Il sort de temps en temps et commence à terroriser les passants avec ses comportements bizarres.
Cet homme ne parle pas. Il ne réagit pas à ce qu'on lui demande, jusqu'à ce qu'un avocat français vienne le voir. Il a dit qu'il était l'une des trois personnes au monde qui pouvaient le comprendre, et effectivement, Maître Voland, l'avocat, a pu communiquer avec cet homme qui se fait appeler "Merde" par le biais d'un langage très étrange.

C'est de loin le segment qui m'a intéressé le plus. Voland est une référence directe à Satan. Dans certaines régions du nord de la France, on donnait à Satan le nom de "Seigneur Voland". Maître Voland, Seigneur Voland, pas besoin de plus d'explications.
D'un autre côté, Merde, à travers ses paroles et même un certain acte en particulier vers la fin (que je ne dévoilerai pas), semble représenter Jesus Christ. Les habits blancs et la bande autour des yeux à un certain moment donnent une image encore plus proche de celle qu'on a de Jesus en général.

La suite ici

This Film is not Yet Rated (Kirby Dick, 2006, USA/UK)



Kirby Dick nous montre les dessous de la MPAA qui suit une logique très floue lorsqu'il s'agit de classifier les films aux Etats Unis d'Amérique.

La position du réalisateur est claire, il n'aime pas du tout la Motion Picture Association of America, et il nous dévoile ses raisons à travers ce documentaire.

À travers plusieurs exemples, Kirby Dick (ironique et marrant comme nom par rapport au contenu du documentaire) nous montre que les intérêts de cette association ne sont pas aussi "pûrs" que ça, et qu'il y a bien des buts sous-jacents pas des plus nets.
D'ailleurs j'ai été surpris d'apprendre que les membres du "rating board" sont totalement inconnus. L'association ne veut pas du tout dévoiler l'identité de ces personnes sous prétexte que c'est pour leur éviter la "pression". C'est comme si le sort du pays dépendait entièrement de ces personnes-là. C'est la seule association de son genre ne Amérique qui garde l'anonymat total de ses membres.

Mais ça n'a pas du tout découragé Kirby Dick qui a eu recours à une détective privée dans le but de dévoiler l'identité de ces personnes au grand public. On en apprenant plus sur ces personnes, les motifs de l'association deviennent plus clairs : aider les grands studios partenaires et mettre des batons dans les roues des films indépendants !

La suite ici.

Le Projet (Mohamed Ali Nahdi, 2008, Tunisie)



Une bande de petits voyous de la capitale mènent une vie essentiellement basée sur le vol et les arnaques. L'un de ces jeunes vole le sac à main d'une femme riche, et il y trouve une chose à laquelle il ne s'attendait pas...

C'est un court-mètrage qui a capté mon attention dès le début. Ce n'est pas tous les jours qu'on nous montre la violence dans les rues de Tunis sous cet angle, et voilà que la fin vient donner une toute autre dimension à ce qu'on vient de voir.

Je ne le cache pas, j'aime bien cette atmosphère de petits voyous, de la violence dans les rues, du langage grossier qui ne fait que traduire la réalité. Mais justement, je me demande pourquoi censurer les gros mots alors qu'on n'entend que ça dans la rue ! Je ne comprends pas non plus pourquoi ne laisser passer que certains mots et pas d'autres...

La suite ici

New Moon (Chris Weitz, 2009, USA)



Après s'être remise de l'attaque qui a failli lui coûter sa vie, Bella et Edward sont obligés de se quitter.

Pour être franc je ne pouvais pas attendre plus longtemps pour regarder ce film. Finalement j'ai dû regarder une mauvaise copie mais qui n'était pas aussi terrible que ça, et d'ailleurs ce n'est pas comme si le film le méritait de toute façon. En parlant de ce film, on est obligé d'utiliser un lexique du genre "merde, daube, connerie, bêtise surhumaine, masturbation romantique" et même une nouvelle expression que j'ajoute pour l'occasion à ce champs lexical, "masturbation religieuse". Car même si l'information m'a échappé lors du premier film, elle est claire comme le jour maintenant. La femme qui a écrit ce film se trouve être une gorgo... pardon, une mormonne, et les idées derrière les livres (et par extension donc, les films) me sont maintenant très nettes.

Cette "saga" n'est en fait rien d'autre qu'une métaphore sur l'abstinence sexuelle, et plus précisément la 'sacralistion' de cette abstinence. Les vampires du premier film, outre le fait qu'ils soient des fées qui brillent à la lumière du soleil, et tout ce qui s'en suit en conneries tellement poussées dans le domaine du ridicule que même une vache trouverait toute cette idée hilarante, sont des vampires "végétariens", si on peut le dire. Ils ne tuent pas d'êtres humains pour se nourrir, mais préfèrent boire le sang des animaux. Un peu comme dans le film Interview With the Vampire. Ce n'est pas ceci en soi le problème mais c'est ce qu'il implique. Dans le premier film (et même au deuxième), on trouve des vampires "méchants". Ils tuent pour se nourrir. Leurs yeux sont rouges (contrairement aux yeux jaunâtres des "gentils", une allusion à l'hymen déchiré -rouge- ou pas ?), et on est amené à les détester puisqu'ils constituent les "méchants" du film.

Ces "ennemis du bien" ont franchi le pas depuis longtemps. Ils se nourrisent donc de chair humaine contrairement à la famille des gentils Cullens, et plus particulièrement Edward Cullen, qui fait un effort remarquable pour ne pas succomber à la tentation. La tentation de boire du sang (ce qui implique le fait de "verser" du sang humain), mais également celle de ne pas se laisser aller avec ses envies à l'égard de sa bien-aimée Bella. Cette dernière veut quant à elle "franchir le pas" à plusieurs reprises dans cette suite, ce qui va pousser Edward à s'en aller en vue de la "protéger". Etrange forme de protection d'autrui (et le thème de la "protection" est très, très récurrent ici), car en général, ce sont les filles qui cherchent à "se protéger" des relations sexuelles avant/hors-mariage. L'inversement des rôles ici a un but. Il faut montrer que les gentils sont vraiment "gentils", alors que les "méchants" ne cherchent qu'à faire du mal.

La "protection" vient faire parler d'elle à plusieurs reprises tout au long du film. Jacob, le lycanthrope, a pour mission de protéger Bella des suceurs de sang humain. Lui et sa bande sont les ennemis jurés des vampires, et une guerre sans merci se livre quotidiennement entre les deux côtés, quoiqu'elle n'est pas vraiment équilibrée. Normal, il faut toujours que le bien domine, et il faut à tout prix préserver la chasteté menacée de la jeune fille innocente. Il y a même un clash entre le loup-garou et le vampire. Le premier compte toujours protéger la fille contre le second s'il est vraiment décidé d'obéir aux désirs de sa bien-aimée. Autrement dit, "si tu la déflores, soit sûr que je ne te laisserai pas tranquille !".

La suitei ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 26 Fevrier 2010 at 21:06
Monty Python's The Meaning of Life (1983, Terry Jones & Terry Gilliam, UK)



À travers des thèmes différents, l'équipe Monty Python offre des réflexions à propos de la vie et de ce qu'elle signifie.

Décidément, ces génies de la comédie avait vraiment tout plein d'idées pour faire des dizaines de films à succès !

Je ne trouve pas grand chose à dire en fait. Si vous aimez l'humour très décalé de cette équipe, si vous avez adoré Life of Brian et The Holy Grail, vous ne serez pas du tout déçus avec The Meaning of Life.

La suite ici.

Black Sheep (Jonathan King, 2006, Nouvelle Zélande)



Une expérience génétique sur des moutons tourne mal et en fait de véritables monstres assoifés de sang.

L'idée d'avoir des moutons en tant que "zombies" est formidable ! Le simple fait de penser à l'idée me donne des sourires. Qui pourrait avoir peur de simples petits moutons aux apparences si douces, si inoffensives ? Et pourtant ils ne rigolent pas ! Ils sont même beaucoup plus décidés que les zombies "standard", et ils sont beaucoup plus dangereux vu qu'ils attaquent en masse. Ils se déplacent généralement en larges troupeaux, et il est parfois difficile (voire même impossible) de distinguer entre un mouton normal et un mouton "infecté".

La suitei ici.

Pontypool (Bruce McDonald, 2008, Canada)



Une petite ville canadienne est atteinte d'un virus étrange. Trois personnes qui travaillent dans une radio locale essaie de comprendre ce qui se passe en direct sur les ondes de leur radio.

Je n'aimerais rien dévoiler de crucial à propos de ce film, mais en même temps j'ai pas mal de choses à dire. Donc si vous comptez le voir, allez le faire avant de lire la suite du commentaire, ça vaut vraiment le coup. Je dis juste que Pontypool apporte des idées fraîches et originales au genre "horreur", et ce n'est pas tous les jours qu'on voit ça !

Maintenant pour parler un peu du film, comme je viens de le dire c'est une nouvelle façon originale de s'essayer au genre "horreur", et plus précisément au genre "zombies", même si techniquement parlant il n'y a pas de morts-vivants. Peu importe, il y a ici un virus qui se propage parmi les gens en leur faisant perdre la raison, et ils n'ont plus autre chose en tête que d'aller infecter plus de gens. C'est suffisant pour rapprocher la situation au mieux du thème des zombies.

La première partie du film est certainement la plus captivante. Les trois personnages principaux se trouvent dans le local de leu radio, en train de travailler comme ils le font chaque matin. Petit à petit, ils comprennent qu'il y a quelque chose qui se passe en ville, à 5 kilomètres de leur emplacement. Plus le temps passe, plus ils comprennent que ce qui se passe est grave, de plus en plus grave même. On comprend tout ça à travers des appels téléphoniques sans plus, et c'est à partir de là que le film puise ses forces. On ne voit rien de ce qui se passe, on peut seulement entendre les gens crier à l'arrière plan alors que quelqu'un est en train de décrire ce qui se passe devant ses yeux. On ne peut donc qu'imaginer ce qui est en train de se dérouler...

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 15 Mars 2010 at 22:05
The Case of Itaewon Homicide (Hong Ki-seon, 2009, Corée du Sud)



1997, une ville coréenne est bouleversée par un meurtre particulièrement brutal qui, jusqu'à ce jour, reste sans solution. Basé sur des faits réels.

Il s'agit d'un meurtre qui paraît être facile à résoudre. Le suspect principal est très vite retrouvé par la police, et peu de temps après le deuxième fait son apparition. Au début il n'était qu'un simple témoin, mais les choses se compliquent rapidement. Chacun de ces deux suspects accuse l'autre du meurtre, et leurs récits se contredisent sur pas mal de points. Ce qui complique encore plus les choses c'est l'absence de témoins au moment du crime (qui a eu lieu dans les toilettes d'un restaurant). Bien que leurs amis étaient juste dehors en train de manger, ils ne sont pas d'une grande aide à la police. Leurs témoignages n'aident ni l'un ni l'autre, et l'enquêteur principal est de plus en plus confus. Même lorsqu'il est convaincu de l'innoncence du premier suspect, un petit détail l'oblige à se remettre en question.

La suite ici.

Mallrats (Kevin Smith, 1995, USA)



TS et Brodie sont largués par leurs petites amis le même jour. Ils décident d'aller passer la journée dans le centre commercial du coin pour essayer d'oublier un peu.

Après le succès de Clerks, Kevin Smith a décidé de continuer sur le même chemin. Voilà donc une comédie basée essentiellement sur les dialogues, où on a tout de même droit à quelques situations bizarres qui sortent du lot. C'est surtout grâce au duo Jay et Silent Bob qu'on a déjà vu dans Clerks, ils marchent à merveille ici et sont même plus efficaces que dans le film précédent du réalisateur.

La suite ici.

The Host (Bong Joon-Ho, 2006, Corée du Sud)



Un monstre surgit d'une rivière coréenne, et commence à attaquer les personnes aux alentours.

C'est de plus en plus rare de tomber sur un bon film de "monstre qui surgit de nulle part et qui se met à tout balayer sur son passage", et c'est encore plus rare d'en trouver un original. The Host a en quelque sorte répondu à mes exigences, et peut-être même un peu plus que ce que j'aurais espéré.

Contrairement aux films américains où le climax est le moment où le monstre en question se déchaîne totalement, le chaos ici commence dès le début. On a tout juste droit à une petite explication au tout début du film sur l'origine du monstre, et on plonge directement en plein coeur de l'action. Les personnages sont pris par surprise, tout comme le spectateur, et c'est ce qui fait que l'attaque du monstre soit encore plus efficace.

On n'hésite pas à nous montrer le monstre clairement et en plein jour, et je dois dire qu'il est plutôt bien fait, même s'il s'agit d'effets 3D. D'ailleurs les effets spéciaux en tout sont bien réussis, ce qui constitue un plus non négligeable dans un cas de ce genre.

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 30 Mars 2010 at 03:04
[Rec] 2 (Jaume Balagueró & Paco Plaza, 2009, Espagne)



Ce film prend place juste après les évènements du premier [Rec]. Une équipe de la police entre dans l'immeuble mis en quarantaine afin de voir ce qui s'y passe...

Après un film aussi bon que [Rec], on se dit généralement qu'une suite va être ratée, ou au meilleur des cas, pas aussi réussie que le premier film. Dans tous les cas, j'attendais cette suite avec impatience dès que j'en ai entendu parler. Mes attentes étaient à la fois élevées et non. D'un côté, il m'était clair que ça ne pouvait pas du tout atteindre la grandeur du premier, et d'un autre, je me disais que cette suite ne va rien proposer de nouveau ou d'original comme le premier, et qu'elle va être faite juste pour attirer du monde après le succès de [Rec]...

Je n'aimerais pas dévoiler grand chose des deux films ici, pour ceux qui ne les auraient pas regardés. Mais en même temps, si vous êtes là en train de lire ces lignes c'est que vous avez vu le premier. Si ce n'est pas le cas, ne continuez pas la lecture puisque je dois quand même parler de certains détails assez importants.

La suite ici.

Chasing Amy (Kevin Smith, 1997, USA)



Holden et Banky sont deux jeunes créateurs de bandes dessinés. Tout va pour le mieux pour eux, jusqu'au jour où Holden tombe amoureux d'une fille qui s'est révèlé être une lesbienne.

Kevin Smith continue avec la même formule dans Chasing Amy. On peut donc s'attendre à des dialogues hilarants avec leur lot de grossieretés qui sont bien à leur place, ainsi que pas mal de situations assez en dehors du commun.

La suite ici.

Dogma (Kevin Smith, 1999, USA)



Bartleby et Loki sont deux anges déchus bannis du paradis et qui étaient obligés d'errer sur terre depuis un très long moment. Un jour, ils découvrent un moyen pour rentrer chez eux, sans savoir qu'ils condament de cette façon l'existence toute entière. Une jeune femme est chargée de les stopper.

On voit clairement l'influence de l'équipe Monty Python ici. L'introduction est très inspirée de celle de Monty Python and The Holy Grail, et l'humour tout au long du film ne s'en éloigne pas trop. Et ça ne tarde pas trop à bien commencer. On assiste au début à une sorte de débat entre un ange (sous une apparence humaine) et une nonne, qui arrive à la convaincre de la non-existence de Dieu, alors qu'il s'est lui-même tenu devant lui il y a de très longues années...

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 19 Avril 2010 at 18:40
Jay and Silent Bob Strike Back (Kevin Smith, 2001, USA)



Jay et Silent Bob sont la première inspiration pour des comic books qui vont être adaptés au cinéma. Cependant, ils ne vont rien toucher uax gains que va procurer le film, et ils sont décidés à aller à Hollywood pour essayer de saboter sa production...

J'imagine qu'à l'époque, pas mal de monde avait espéré voir un film consacré à ce Duo très spécial, ou du moins c'était mon cas après avoir décidé de suivre le parcours du monde disjoncté de Kevin Smith.
Le début était excellent, exactement ce que j'aime chez ce jeune réalisateur, d'autant que les nombreuses références aux vraies travaux qu'on fait certaines des acteurs au passé, ainsi que d'autres en relation avec les films précédents de Kevin Smith, donnent un certain charme assez particulier au tout.

La suite ici.

Garde à vue (Claude Miller, 1981, France)



Un avocat est appelé au poste de police, la nuit du 31 Décembre, pour

Les films qui reposent essentiellement sur les dialogues et rien d'autre que les dialogues peuvent en ennuyer plus d'un. Il faut avoir des dialogues très solides, ainsi que des acteurs capables d'assurer une telle tâche pour ne pas tomber dans la monotonie. On pourrait se demander comment est-ce que ça va être possible, surtout qu'environ 90% du film se passe à l'intérieur d'une seule pièce, mais le réalisateur a réussi son coup. On se sent tout de suite attaché aux évènements et à ce qui va suivre, et on est facilement transporté au coeur de l'histoire. C'est presque magique de voir autant de suspens dans un film où il n'y a pratiquement pas d'actions. Ca revient en grande partie aux acteurs, et les dialogues, parfois très remplis de sarcasmes comme je les aime, ne sont pas à oublier.

La suite ici.

The Day of the Beast (Álex de la Iglesia, Espagne/Italie, 1995)



Un prêtre est arrivé à déchiffrer la partie "Apocalypse" de la Bible. Le message qu'il a déchiffré donnerait la date de naissance de l'Antéchrist, mais il n'a pas la moindre idée sur l'emplacement...

Et voilà qu'une course contre la montre se déclenche aussitôt. Le prêtre en question n'a pas trop de temps pour trouver ce qu'il cherche, d'autant qu'il n'a aucune piste réelle à suivre. Il commence donc par voyager à Madrid et à essayer des méthodes archaïques... à savoir, chercher dans les milieux du Metal underground en Espagne !

Ce fut une belle surprise que de voir le prêtre entrer dans un disquaire Metal et y chercher parmi les vinyles de Venom et d'Iron Maiden, et donner une liste de groupes qu'il cherche à l'instar de "Napalm Dez" et "Hace de Cé" (à lire avec l'accent espagnol bien sûr, c'est là où ça devient hilarant).

La suite ici.

Ondskan (Mikael Håfström, 2003, Suède/Danemark)



Erik est exclu de son école pour des actes de violence extrême. Sa mère se charge de le mettre dans un internat privé, où les élèves les plus âgées font la loi...

Je m'attendais à quelque chose de très différent. À lire le classement de la MPAA, on croirait qu'il s'agit d'un film à caractère extrêmement violent et qui s'approcherait même d'un film d'horreur avec cette violence. Inutile de dire que c'est très loin de la réalité.

La violence ici, même si elle est un peu poussée des fois, n'est jamais trop explicite, et se passe pas mal de fois en dehors de l'écran. Elle n'est même pas aussi présente qu'on pourrait le penser, et l'histoire se penche plus vers un côté dramatique qu'autre chose.

Le film est adapté d'un livre qui, semble-t-il, est lui-même basé sur la vraie vie de l'auteur. Au début je trouvais très difficile d'avaler cette idée des "élèves aristocrates" qui font la loi parmi les plus jeunes, en usant de la violence, de l'humiliation et de tout ce qui est en leur pouvoir, sans qu'ils ne puissent être arrêtés par les responsables de l'école. Mais il parait qu'aux années 50, en Suède (cadre spatio-temporel du film), ces choses existaient vraiment. La vie est parfois plus étrange, plus cruelle que le cinéma on dirait...

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Hexwind View Drop Down
Silence
Silence
Avatar

Joined: 22 Août 2009
Status: Offline
Points: 44
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Hexwind Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 21 Avril 2010 at 14:57
Sånger från andra våningen (Swedish)
Nord (Norwegian)




Edited by Hexwind - 21 Avril 2010 at 14:59
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 21 Avril 2010 at 17:08
Originally posted by Hexwind Hexwind wrote:

Sånger från andra våningen (Swedish)
Nord (Norwegian)



Un petit commentaire de ce que tu penses de ces deux films serait le bienvenu.

Quant à moi, voilà le mien sur Nord ici. J'ai regardé Songs From the Second Floor mais ne j'en ai pas parlé sur le blog.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 24 Avril 2010 at 18:51
Avatar (James Cameron, 2009, USA/UK)



Jake, un marine souffrant de paraplégie, est envoyé à la planète Pandora dans le cadre d'une mission spéciale. Il finit par se trouver dans un dilemme : choisir entre continuer dans sa mission initiale, et défendre ceux qu'il est venu attaquer et désobéir directement aux ordres des siens...

Ce film fait encore du bruit, inutile donc de faire une petite présentation. La seule chose que j'ai à dire c'est que je ne m'attendais pas à grand chose, seulement à voir rien d'autre que de beaux effets spéciaux. Ce n'est pas le genre de film qui m'attire d'habitude, d'autant que ça semble être du déjà vu et revu. La seule différence avec ce qu'on aurait déjà vu avant c'est l'univers dans lequel se déroule le film. C'est comme si c'était une sorte de mélange entre The Matrix et Surrogates, dans un monde à mi-chemin entre celui de Warcraft (l'arbre gigantesque, les Na'vi qui ressemblent aux Elfes de la Nuit et leur amour de la nature etc.) et de Starcraft (les humanoïdes et les autres créatures qui ressemblent aux Protoss et aux Zergs, les combats spatiaux etc.).

Ceci est mon premier film en 3D, et je dois tout de suite le dire, c'était de loin mieux que ce que j'aurais imaginé. Il n'est plus question de voir des "images" défiler sur un écran, mais de voir ces images "sortir" carrément de l'écran. Il n'y a aucune exagération lorsqu'on dit qu'on se sent vraiment "avec" les personnages du film. Cet émerveillement continue du début jusqu'à la fin, avec quelques petites surprises lorsqu'il y a des objets lancés en direction de la caméra par exemple. On aurait presque envie de vouloir bouger un peu pour éviter d'être touché par ces objets ! C'est à se demander comment pourrait être l'impact d'une telle technologie au niveau des films d'horreur...

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 11 Mai 2010 at 21:28
Taxidermia (György Pálfi, Hongrie/Autriche/France, 2006)



Trois générations différentes, trois personnages différents, trois histoires différentes, mais une seule réalité grotesque...

La première partie tourne autour d'un soldat qui a la capacité de... lancer des flammes à partir de son pénis ! Détrompez-vous tout de même, il ne s'agit pas d'un film de superhéro spécial qui tue ses adversaires en les brulant avec les flammes de son pénis (quoique l'idée d'un film pareil ne me parait pas mauvaise...). Cette particularité n'est pas non plus le thème principal de cette partie du film, elle n'est qu'une sorte d'allégorie sur la situation du pays pendant la deuxième guerre mondiale. D'ailleurs tout le film est une sorte de métaphore sur l'état de l'Hongrie à travers la deuxième moitié du vingtième siècle. Mais puisque je ne connais l'histoire du pays que superficiellement, je ne vais pas en parler plus.

La deuxième partie tourne autour du fils (plus ou moins adoptif) du Lieutenant qui commandait le soldat frustré de la première partie. Cet enfant a lui aussi une certaine particularité étrange. À sa naissance, son père a découvert qu'il avait une queue. Non, pas celle qu'on trouve au bas-ventre, une vraie queue comme celle d'un animal. Il se dépèche de la couper. Le fils grandit et devient un compétiteur professionnel d'alimentation sportive. Il était déjà gros étant petit, et là il est devenu obèse grâce à ce sport, chose dont il semble être plutôt fier.

La suite ici.

Regarde les Hommes Tomber (Jacques Audiard, France, 1994)



Simon Hirsch mène une vie tranquille, jusqu'au jour où son jeune ami flic Mickey est grièvement blessé pendant le service. Simon décide alors de tout laisser tomber pour trouver les coupables.

Ce film retrace la "chute" de plusieurs hommes à la fois. Un père de famille tranquille qui approche la cinquantaine, un jeune légèrement attardé qui suit une mauvaise route, et un vieux joueur de cartes infortuné qui cumule petit à petit les dettes.

Deux histoires se déroulent en parallèle. On assiste tout d'abord à celle de Simon, qui accepte de prêter sa main à son ami Mickey dans une mission de routine, apparemment sans danger. Mais tout bascule en un clin d'oeil. Simon entend des coups de feu, et va très vite découvrir que son ami va se trouver en un état de coma dépassé. L'enquête de la police ne semble pas avancer, du moins à ses yeux, et c'est là qu'il décide de la mener lui-même. Il a peut-être enfin trouvé une vraie raison pour continuer sa vie qui, ironiquement, va lui faire perdre sa "vie" actuelle...

La suite ici.

The Devil Rides Out (Terence Fisher, UK, 1968)



Le Duc de Richeleau et son ami Rex rendent une visite improvisée à leur jeune ami Simon, et découvrent petit à petit qu'il est impliqué dans une culte d'adorateurs de Satan. Le bâpteme de Simon étant très proche, le Duc doit intervenir rapidement...

J'ai beaucoup entendu parler de la fameuse société de production "Hammer Film Productions", et ceci doit être le premier film de leur part que je regarde pour de vrai. Je ne m'attendais pas à grand chose de la part de The Devil Rides Out, et en même temps je m'attendais à quelque chose dans la même lignée que Rosemary's Baby. Finalement, c'était loin de tout ça.

La suite ici.

Tell Me Something (aka La Sixième Victime) (Chang Yoon-Hyun, Corée du Sud, 1999)



Des parties démembrées de plusieurs corps différents sont retrouvées par la police de Séoul. Le tueur les laisse toujours dans des endroits publics,

À la vue de la première scène, on se dit que ça va être un film de "détectives" pas comme les autres, mais qui n'est pas sans rappeler Se7en. Un tueur en série qui ne tue pas ses victimes comme le veut la norme (si les tueurs ont des normes), qui planifie très bien ses actions et qui les exécute d'une façon délibérément horrible et minutieuse, ça promet. Si on ajoute à cela les effets incroyablements réussis lors du "découpage" des corps, on s'attendrait à un véritable petit joyau.

Mais après les premières découvertes des cadavres (ou ce qui en reste), le rythme est cruellement ralenti, et le film penche vers un style plus standard. Plus on s'approfondie dans l'histoire, plus on a tendance à s'ennuyer. Le milieux du film veut jouer sur les émotions tout en avançant lentement. L'histoire est certes compliquée, mais elle n'est pas trop accrochante. Je m'attendais à quelque chose de plus... "profond" que ce qui semblerait être un simple truc de vengeance personnelle. Mais vers la fin du film, et à l'approche de l'inévitable tournure ou "twist" que tout film de ce genre se doit d'inclure, on commence à y voir plus clair. Et en fin de compte, tout ce qu'on a vu n'était pas du tout aussi simple qu'on pourrait le croire, et le tueur en question s'avère être quelqu'un de vraiment futé. Plus futé qu'on n'aurait pu le croire.

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 27 Mai 2010 at 22:40
Un Héros Très Discret (Jacques Audiard, France, 1996)



Vers la fin de la deuxième guerre mondiale, Albert Dehousse découvre que son père n'était pas un héro et que sa mère est une collaboratrice. Il décide alors de devenir un héros à sa façon.

Depuis tout jeune Albert avait de l'imagination. Il aimait beaucoup lire et observer, et il adorait également incarner les personnages des histoires qu'il lisait. Il menait sa vie tranquillement, loin de la guerre qui était pourtant tout autour de lui. Devenu grand, il commence à saisir plein de nouvelles choses, et commence par la même occasion à découvrir la vraie vie en dehors du protectionnisme et des mensonges de sa mère.

On peut résumer l'idée globale du film à la phrase que dit Albert au début :
"Je ne sais plus qui a dit que les vies les plus belles étaient celles qu'on invente. Je crois que c'est moi."

Le suite ici.

Sur Mes Lèvres (Jacques Audiard, France, 2001)



Carla est presque sourde. Cet handicap lui pose quelques problèmes dans sa vie de tous les jours, mais il lui procure un avantage qui pourrait être très précieux : la capacité de lire sur les lèvres. Elle rencontre un ex-prisonnier qui va changer sa vie...

La vie de Carla est des plus normales, avec tout ce que cela implique. Sa vie se résume essentiellement à : aller au travail, rentrer se coucher, et occasionnellement offrir des services à son amie qui n'hésite pas à l'exploiter lorsqu'elle en a besoin. Si on ajoute à cela son léger handicap qui a fait d'elle une personne assez récluse de la société, on comprend très vite l'énorme vide qu'elle ressent dans sa vie. La vue de son amie et de comment elle mène la sienne n'arrange pas les choses.

C'est avec la venue de Paul en tant que stagiaire pour l'aider dans son travail que ça commence à changer. Pour ce qui semblerait être la première fois de sa vie, elle va se sentir attirée par quelqu'un. Mais Paul n'est pas vraiment le genre de personnes avec lesquelles on peut facilement s'attacher. Non seulement il est très instable, mais en plus son passé de voyou va très vite le rattrapper, chose à laquelle Carla n'est pas du tout habituée...

La suite ici.

Fingers (James Toback, 1978, USA)



Jimmy mène une vie troublée où il veut quitter ses vieilles habitudes de collecteur de dettes au profil de son père pour mieux s'occuper de sa passion du piano que lui a transmis sa mère.

Jimmy Fingers est un personnages très instable. Mis à part sa grande passion pour le piano, il adore également écouter de la musique partout en se balladant avec un radio-cassette. Ajoutons à cela sa passion pour le sexe et son tempérament assez violent et on se retrouve face à un personnage très complexe.

Il faut dire que la difficulté de cerner le personnage de Jimmy n'est que le fruit de son entourage, ainsi que des personnes qu'il rencontre un peu partout dans la rue. Les rues qui sont d'ailleurs toujours très sales, chose qui ne fait que témoigner du niveau de vie auquel est confronté Jimmy.

La suite ici

Sherlock Holmes (Guy Ritchie, USA/Allemagne, 2009)



Sherlock Holmes et son fidèle ami le Docteur Watson sont confrontés à un ennemi de taille, Lord Blackwood, qui projette de contrôler l'Angleterre, et même le monde, à sa façon.

Etant un grand fan de la série d'Arthur Conan Doyle, j'étais content d'entendre parler d'une adaptation des aventures de ce personnage si célèbre. Mais la vue de la bande annonce avant la sortie du film m'a en quelque sorte repoussé. J'ai pu en déduire qu'il s'agit en fait d'un film d'action, et je n'ai reconnu aucune des nouvelles à travers la bande annonce.

Finalement en regardant le film, je me demande qu'est ce qui les a poussés à le nommer "Sherlock Holmes" ? Car Mis à part les deux personnages principaux (juste leurs noms en fait) et les quelques répliques tirées des livres, il n'y a absolument rien d'autre qui pourrait nous faire croire qu'il s'agit d'une aventure signée "Sherlock Holmes".

Sherlock Holmes ici n'est plus le détective calme et réfléchissant. Il est devenu une sorte de personnage loufoque qui mène une vie bizarre. Il sait très bien se battre et ne semble pas très sociable comme personne, vu sa nature exagérément bizarre.
Quant au Docteur Watson, c'est un ancien militaire qui utilise lui aussi ses poings là où c'est nécessaire. Son aide est donc toujours précieuse, surtout là où son ami est en surnombre (chose qui se passe assez souvent).

Le "méchant" de l'histoire ici est une sorte de sorcier qui veut dominer le monde à sa façon. Les adorateurs de la théorie du complot, de cette nouvelle mode du "Nouvel Ordre Mondial", des illuminatis et du satanisme vont certainement se réjouir à la vue de toutes ces choses mélangées. Il ne manquerait plus que d'y coller le sionisme et ça serait le cocktail parfait.
Bref, la mission de Sherlock Holmes se limite à trouver ce "méchant" et à l'arrêter avant le temps que ce dernier à prévu pour faire ce qu'il compte faire.

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 25 Juin 2010 at 06:13
De Battre Mon Coeur s'est Arrêté (Jacques Audiard, 2005, France)



Thomas travaille dans l'immobilier. Avec ce travail où il est obligé de chasser les SDFs avec des battes de baseball, et la collecte des dettes pour son père, il trouve rarement le temps pour se reposer. Sa vieille passion pour le piano ressurgit, et elle semble être le seul échappatoire au monde très violent dans lequel il vit...

Après avoir regardé Un Prophète de Jacques Audiard, j'ai décidé de découvrir le reste de ses films. De Battre Mon Coeur s'est Arrêté est donc le dernier sur la liste, et j'ai découvert que c'était un remake de Fingers, que j'ai décidé de regarder avant pour mieux juger le remake. Ca m'a quand même assez surpris. D'habitude ce sont les films "étrangers" qui sont repris par les américains.

La suite ici.

Dikkenek (Olivier Van Hoofstadt, 2006, Belgique/France)



Plusieurs histoires s'entremêlent dans une petite ville belge. Stef, un grand timide, cherche la femme de sa vie à l'aide de son amie Jean-Claude. Claudy, photographe "semi-professionnel" comme il se dit, tombe amoureux de Natacha, une jeune fille qui pose nue pour lui. L'amie de Natacha, Nadine, n'est pas à l'aise dans sa vie conjugale.

Le film peut être un peu tiré par les cheveux avec toutes ces mini-histoires liées entre elles avec tel ou tel personnage. C'est un peu difficile de suivre son déroulement, surtout qu'il n'y a pas vraiment "un" chemin à suivre mais plusieurs. Mais à vrai dire on ne s'en lasse pas du tout. C'est une bonne dose de comédie de haute qualité qui nous attend là, avec des personnages aussi fous les uns que les autres. Les dialogues sont hilarants et s'éloignent pour la plupart du temps des clichés qu'on trouve dans les comédies.

La suite ici.

Voice of a Murderer (Park Jin-Pyo, 2007, Corée du Sud)



Un enfant est kidnappé. Pendant les 44 jours qui suivent, ses parents reçoivent dans les 87 appels de la part du kidnappeur, pour leur donner des instructions à propos de la rançon. Le père devient de plus en plus désespéré...
Basé sur des faits réels.

Encore un film qui pointe du doigt l'incompétence de la police coréenne. Et non le réalisateur ne s'appelle pas Bong Joon-Ho.

Un film de "kidnapping" intense sans pour autant avoir des superhéros, de violence ou de scènes d'action, est-ce possible ? Avec Voice of a Murderer la réponse est "oui" ! L'incompétence des policiers coréens a permis au kidnappeur de bien jouer avec le père de l'enfant, et indirectement avec la police elle même.

La suite ici

Running on Karma (Johnnie To & Wong Ka-Fai, 2003, Hong Kong/Chine)



Un ex-moine devenu bodybuilder a la faculté de voir le karma des gens. Il se trouve impliqué dans la vie d'une jeune agent de la police qui risque de perdre sa vie bientôt...

Johnnie To derrière la caméra, Anday Lau dans un rôle très spécial... ça promet d'être très divertissant. Si on sait alors qu'il s'agit d'un ex-moine qui fait du strip-tease, avec des muscles à rendre jaloux Arnold Schwarzenegger pendant ses beaux jours, on se dit qu'on va s'amuser comme des fous.

La suite ici
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 09 Juillet 2010 at 20:57
Bad Biology (Frank Henenlotter, 2008, USA)



Une fille qui a 7 clitoris cherche tout le temps un moyen pour calmer ses envies sexuelles hautement prononcées. Parallèlement, un garçon au pénis déformé cherche un moyen pour le calmer.

Peut-on trouver une idée plus... débile ? Et pourtant ça marche très bien ! On comprend tout avec les premières paroles de Jennifer, la fille en question : "I was born with seven clits.". Ca promet déjà deux choses : plein de sexe, et plein de comédie. Et effectivement ça n'en manque pas. Jennifer ne peut pas se retenir face a ses envies sexuelles, et elle part très souvent à la recherche d'une proie avec qui baiser.
Mis à part cette 'déformation', elle a également le malheur (ou plutôt le bonheur) d'avoir des enfants en l'espace de deux heures. À chaque fois qu'elle baise avec quelqu'un, elle le tue et donne naissance à un bébé mutant en l'espace de quelques heures.

La suite ici.

Visitor Q (Takashi Miike, 2001, Japon)



Un père de famille qui travaille en tant que reporter de télé décide de tourner un documentaire à propos de la violence et du sexe parmis les jeunes, en prenant les membres de sa propre famille comme exemples.

"Have you ever done it with your dad?", c'est avec ça que s'ouvre le film, avec une scène prolongée d'inceste entre père et fille, désormais prostituée. En rentrant chez lui, le père se fait agresser par un inconnu. Il se fait agresser de nouveau par ce même inconnu, qu'il finit par ramener chez lui.

Entre temps, son fils, à la maison, s'amuse à décharger sa haine et sa frustration sur sa mère. Ses camarades de l'école l'intimident et l'harcèlent à longueur de journée, et même la nuit lorsqu'il est chez lui. Impuissant face à eux, et incapable d'agir, il se met à frapper sa mère pour la plus ridicule des raisons. Tout ça sous les yeux silencieux du père et du nouveau visiteur qui lui demande de faire comme s'il n'était pas là.

La suite ici.

Sous le Soleil de Satan (Maurice Pialat, 1987, France)



Un jeune prêtre fervent dans son admiration de Dieu va être tenté par Satan. Son supérieur commence à suspecter que son élève est soit un fou, soit un saint...

Film très difficile d'accès pour ses dialogues compliqués qui englobent une sorte d'histoire assez simple dans sa forme. C'est à la fois le point fort et le point faible du film. Les diaogues sont tellement importants et tellement intéressant que ça devient difficile de tout suivre et de tout comprendre.

La suite ici.

Tesis (Alejandro Amenábar, 1996, Espagne)



Au cours de sa thèse sur la violence audiovisuelle, Angela tombe sur un snuff film. En cherchant un peu plus, elle découvre que la fille tuée dans ce film était une étudiante à la même faculté. Tout porte à croire qu'elle n'est pas la seule victime...

Angela est une fille qui, à travers son dégoût pour la violence qu'on passe tout le temps à la télé, a décidé de mener sa thèse sur cette même violence pour en comprendre certains aspects. Elle finit par tomber sur une cassette vidéo qui contient une scène de torture suivie de l'exécution véridique d'une jeune fille. D'habitude ceci n'est pas quelque chose de rare, mais la différence ici c'est que cette exécution semble être faite uniquement dans le but d'être filmée. Très vite elle va apprendre que c'est ce qu'on appelle un "snuff film", et elle va demander de l'aide à un "connaisseur", un étudiant qui possède une vidéothèque regroupant toutes sortes de films violents ou pornographiques.

À partir de là, Angela va découvrir qu'elle ne peut plus échapper à cette histoire. Un danger imminent la guette...

La suite ici.
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
Belial View Drop Down
Moderator Group
Moderator Group
Avatar
Northern Prince of Evil

Joined: 02 Avril 2006
Location: Tunisia
Status: Offline
Points: 2809
Post Options Post Options   Thanks (0) Thanks(0)   Quote Belial Quote  Post ReplyReply Direct Link To This Post Posted: 19 Juillet 2010 at 03:30
Clash of the Titans (Louis Leterrier, 2010, USA/UK)



Perseus, fils de Zeus, doit protéger Andromeda du terrible Kraken. Un seul moyen se présente à lui pour mener à bien sa mission : la tête de Medusa.

J'étais assez impatient pour voir ce film, étant un grand fan de l'original sorti en 1981. Même si je ne m'attendais pas à grand chose de la part de ce remake, je me suis dit qu'avec les moyens de nos jours, ça devrait quand même donner quelque chose de respectable (même si je trouve toujours les effets spéciaux de l'original excellents). Alors quand j'ai vu qu'il y a une projection du film en 3D, je me suis tout de suite décidé.

Ma déception fut énorme. D'abord la "3D" est quasiment introuvable tout au long du film. Absolument rien à voir avec Avatar par exemple (où on y trouve également le même acteur au rôle principal), et regarder l'écran sans les lunettes 3D était même plus récomponsant. Un autre problème lié à la projection est la présentation du film en français doublé...

Puis ma déception s'est aggrandie en découvrant que l'histoire a été radicalement changée. Je ne suis pas un fervent supporteur des remakes copier/coller sur les originaux, mais en changeant des choses dans un remake, il faut au moins faire en sorte que ça soit pour le mieux. Ce qui n'est pas le cas ici.

Déjà dès le début on nous parle de rebéllion. Les Dieux qui se rebellent contre les Titans, puis les Hommes qui se rebellent contre les Dieux. Ainsi, toute l'histoire de Perseus et des Hommes est basée sur une haine profonde envers les Dieux (sans pour autant nous expliquer les raisons). Et dès le début on assiste à un combat entre les Dieux et les Hommes. Des soldats détruisent la Statue de Zeus, ce qui le rend furieux au point de leur envoyer des Gargouilles (pas vraiment sûr qu'il s'agit de gargouilles, surtout que ces créatures sont venues de la mer) sous le commandement de Hades. Et hop, la famille adoptive de Perseus succombe, lui donnant ainsi une certaine raison pour détester les Dieux.

La suite ici.

Blood Simple (Ethan & Joel Coen, 1984, USA)



Un homme riche suspecte que sa femme le trompe avec un autre. Il engage un détective privé qui confirme ses soupçons, mais l'avidité de ce dernier et la jalousie du premier vont compliquer les choses...

Le premier film des frères Coen est une véritable claque impressionnante à laquelle je ne m'y attendais pas du tout. L'histoire est désormais quelque chose de classique dans leurs films, et ça ressemble sur pas mal de points à un autre de leurs films phares, Fargo. Il y a ici ce mélange entre "professionnels" du monde du crime (bon à débattre ici) et des gens tout à fait normaux qui commettent des bêtises. Tout au long du film la situation ne s'arrange pas, bien au contraire, ça commence mal et ça finit par empirer. Et on a aussi droit à une petite touche d'humour très noir qui n'enlève rien au sérieux du film.

La suite ici

2009: Lost Memories (Lee Si-Myung, 2002, Corée du Sud)



Dans un monde où l'assassination de Hirobumi Ito a échoué en 1909, l'histoire du monde entier a changé. Le Japon, allié aux Etats Unis pendant la deuxième guerre mondiale, a gagné la guerre, qui s'est terminée avec le lancement de la bombe atomique sur Berlin. La Corée n'est pas un pays indépendant...

J'avais quelques vagues souvenirs de ce film, mais je ne savais pas à quel point il était merdique. Je me rappelait seulement de quelques unes des scènes d'action et de l'histoire en gros, et ça aurait été mieux de laisser les choses ainsi...

L'histoire en elle-même est assez intéressante. Voir comment un seul évènement pourrait changer le monde est toujours intéressant à voir, mais ça s'arrête là. L'exécution est terrible, l'idée part en c***lles très rapidement, la masturbation dramatique atteint des sommets, et les scènes d'action sont d'une médiocrité incroyable.

Ce film est tellement rempli de défauts qu'il n'est plus possible de le suivre sans exploser en rires de temps en temps. La première scène d'action par exemple, hautement décevante, nous donne une idée claire à quoi il faut s'attendre (même si je me suis dit que ça pourrait s'améliorer). On y voit des terroristes qui entrent dans un bâtiment où se tient une sorte d'exposition accompagnée d'une fête. Très vite les personnes présentes vont être prises en tant qu'otages, ou du moins c'est ce que veut la logique. Et qu'est ce qu'on voit ? La police, quand elle débarque, elle le fait directement, sans se soucier des otages potentiels qui peuvent être blessés dans l'échange des coups de feu. Les soldats, des deux côtés (oui car même les "terroristes" ont l'air d'être des soldats très bien entrainés, chose qu'on ne comprend pas jusqu'à la fin du film), adorent se jeter devant les balles tirées par leurs ennemis. C'est presque aussi ridicule que dans 300 de Zack Snyder où les méchants tombent par terre sans raison.

La suite ici
Simple spectateur de la décadence des mondes... témoin supérieur de l'abrutissement de masse...


http://belialmv.blogspot.com
Back to Top
 Post Reply Post Reply Page  <1 20212223>
  Share Topic   

Forum Jump Forum Permissions View Drop Down

Forum Software by Web Wiz Forums® version 11.01
Copyright ©2001-2014 Web Wiz Ltd.

This page was generated in 0.236 seconds.


ACCUEIL NEWS NETWORK OUTILS COPYRIGHTS
  • ZanZanA WebRadiO finance
    les droits d'auteur à la SABAM,
    de ce fait la diffusion
    de cette radio est légale.
  • Contact : zanzana[dot]webradio{at]gmail[dot]com